Retour
Révolution structurelle


La société est structurée, autrement dit construite de façon non naturelle, à partir de la dimension symbolique. Jusqu'à maintenant, le Nom-du-Père (cf. Lacan) était l'opérateur de la structure. Je propose qu'à présent, ce soit la parole qui fasse le lien/noeud. Je suis partisan de la révolution démocratique (version internationale), mais on doit constater qu'elle a partout échouée, et il faut en chercher les raisons... structurelles.

Le Nom-du-Père s'avère particulièrement résistant, mais le désir d'émancipation sociale l'est tout autant. Il faut choisir son camp, et je parle ici pour me faire entendre de tous, y compris des psychanalystes. Quelle structure défendent-ils, celle de l'ordre et de la loi, ou celle du désir et de la parole ? La politique ne laisse personne libre : nous y sommes tous impliqués et à fortiori dans le domaine des sciences sociales ou morales (sciences éthiques ?).

Qu'est-ce qui peut faire lien social, à partir du moment où l'on décide de se passer du Nom-du-Père ?
- La lettre
- La parole
- Une langue étrangère
C'est-à-dire toujours la même chose : (a).